Le protocole de KyĂ´to

La gouvernance internationale sur le climat repose sur deux traitĂ©s internationaux fondamentaux : la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC ou UNFCCC en anglais), ouverte à ratification en 1992, et entrĂ©e en vigueur le 21 mars 1994, a Ă©tĂ© ratifiĂ©e à ce jour par 189 pays dont les États-Unis et lÂ’Australie. Son traitĂ© fils, le protocole de Kyoto, a Ă©tĂ© ouvert à ratification le 16 mars 1998, et est entrĂ© en vigueur en fĂ©vrier 2005. Il a Ă©tĂ© ratifiĂ© à ce jour par 156 pays à l'exception notable des États-Unis et de lÂ’Australie.

Objectifs

Tous les pays membres de la convention climat ont pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. Ils se sont collectivement engagĂ©s à prendre des mesures de prĂ©caution pour prĂ©voir, prĂ©venir ou attĂ©nuer les causes des changements climatiques et en limiter les effets nĂ©fastes. Concrètement, tous les pays ont l'obligation de publier des inventaires de leurs Ă©missions de gaz à effet de serre, d'Ă©tablir, de mettre en oeuvre et de publier des programmes nationaux contenant des mesures visant à attĂ©nuer les changements climatiques.

Le protocole de KyĂ´to va plus loin car il propose un calendrier de rĂ©duction des Ă©missions des 6 gaz à effet de serre qui sont considĂ©rĂ©s comme la cause principale du rĂ©chauffement climatique des cinquante dernières annĂ©es. Il comporte des engagements absolus de rĂ©duction des Ă©missions pour 38 pays industrialisĂ©s, avec une rĂ©duction globale de 5,2 % des Ă©missions de dioxyde de carbone d'ici 2012 par rapport aux Ă©missions de 1990.

Historique

En raison du lien direct avec la politique Ă©nergĂ©tique, les donnĂ©es scientifiques concernant le rĂ©chauffement climatique et Ă©mission de gaz à effets de serre (et tout particulièrement le CO2) ont Ă©tĂ© très controversĂ©es. Afin d'assoir les dĂ©bats sur une base scientifique solide et indĂ©pendante, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'Ă©volution du climat (GIEC) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1988 par l'Organisation mĂ©tĂ©orologique mondiale et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement. Le GIEC rĂ©unit les plus grands scientifiques mondiaux sur la question du climat. Sa mission gĂ©nĂ©rale est de procĂ©der à un examen critique de la littĂ©rature scientifique mondiale publiĂ©e, afin dÂ’en dĂ©gager une synthèse pertinente pour Ă©clairer les dĂ©cideurs. Le GIEC publie des rapports environ tous les 5 ans. Grâce à lui, les connaissances scientifiques sur le changement climatique ont progressĂ© de façon notable.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'Ă©volution du climat a produit trois rapports d'Ă©valuation:

Le premier en 1990. Extrait : “The unequivocal detection of the enhanced greenhouse effect from observations is not likely for a decade or more.”

Le second en 1995, celui la même qui a conduit au protocole de Kyoto. Extrait : “The balance of evidence suggests a discernible human influence on global climate.” Ce rapport conduit à la crĂ©ation de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC ou UNFCCC en Anglais) qui tient sa première confĂ©rence des parties la même annĂ©e, où ce rapport est prĂ©sentĂ©.

Le dernier en 2001. Extrait : “There is new and stronger evidence that most of the warming observed over the last 50 years is attributable to human activities.”

Le prochain est prévu pour 2007.

Catégorie :
Strategie
Auteur de l'article :
© Copyright 2006 - Wikipédia - sous licence GFDL - www.wikipedia.fr / www.1001Interactive.com
Source :
Date de publication :
17 octobre 2006