Obligation

Une obligation (en anglais : bond) est un titre de créance qui fait partie des valeurs mobiliÚres. En tant que tel il est cessible et peut donc faire l'objet d'une cotation sur une bourse.

Caractéristiques principales

Ce titre est - au mĂȘme titre qu'un emprunt - un contrat entre l'Ă©metteur et les dĂ©tenteurs successifs du titre, dont les deux Ă©lĂ©ments principaux sont lÂ’Ă©chĂ©ancier des flux financiers et leur mode de calcul.
Les émetteurs (emprunteurs) sont aussi bien des organismes privés que des collectivités publiques (en particulier les trésors publics)
Une obligation est émise originellement à court, moyen ou long terme, voire sans date d'échéance (obligations perpétuelles). Toutefois on réserve souvent l'appellation d'obligation aux titres de durée supérieure à 5 ou 7 ans. Pour les durées inférieures, les termes "bon" (du Trésor...) ou "billet" (de trésorerie...) sont généralement préférés.

Émetteurs

Une obligation peut ĂȘtre Ă©mise par :
- un État dans sa propre devise - on parle alors d'emprunt d'État ;
- un État dans une autre devise que la sienne - on parle alors d'obligation souveraine ;
- une entreprise du secteur public, un organisme public, une collectivité locale - on parle alors d'obligation du secteur public ;
- une entreprise privée, une association, ou tout autre personne morale, dont les Fonds communs de créances, et on parle alors d'obligation du secteur privé.

Transactions et détention

La détention des obligations par les particuliers est devenue essentiellement indirecte : elle s'effectue trÚs largement via les OPCVM et les contrats d'assurance-vie.
NĂ©anmoins, les obligations peuvent toujours thĂ©oriquement ĂȘtre dĂ©tenues directement par les particuliers et font donc rĂšglementairement l'objet d'une cotation officielle - quoique souvent sans transactions, donc fictive, ou thĂ©orique - sur une bourse.

La quasi-totalité, en volume, des transactions s'effectuent de gré à gré, hors bourse, entre institutions financiÚres : banques d'investissement, assureurs, gestionnaires d'OPCVM, banques de dépÎt, etc.
Les volumes Ă©changĂ©s sont considĂ©rables, plusieurs milliers de milliards d'euros chaque jour, particuliĂšrement en emprunts d'État et produits dĂ©rivĂ©s de ceux-ci, qui constituent le marchĂ© directeur des taux d'intĂ©rĂȘt Ă  moyen et long terme.

Les titres de crĂ©ance nĂ©gociables sont des instruments trĂšs proches des obligations mais qui, eux, ne sont pas destinĂ©s Ă  ĂȘtre dĂ©tenus en direct par des particuliers, seulement par des gestionnaires d' OPCVM et autres professionnels des marchĂ©s financiers. Leur rĂšglementation est donc lĂ©gĂšrement diffĂ©rente.

Cours des obligations et taux d'intĂ©rĂȘt

Une obligation est un emprunt qui sert un taux d'intĂ©rĂȘt, exprimĂ© sous forme d'une sĂ©quence de coupons sur une pĂ©riode donnĂ©e, puis d'un remboursement final, le plus souvent Ă  la valeur nominale. Pour Ă©valuer une obligation, on calcule la valeur actuelle de tous les versements Ă  venir (coupons et valeur nominale) en actualisant les sommes avec un taux d'intĂ©rĂȘt correspondant au risque de l'obligation. Aussi, quand les taux d'intĂ©rĂȘts augmentent, on va actualiser Ă  un taux plus Ă©levĂ©, et donc cela va rĂ©duire la valeur actuelle des revenus de l'obligation.
On en déduit que :
- quand les taux montent, la valeur actuelle (= le prix) des obligations baisse, et inversement ;
- plus une obligation a une échéance éloignée, plus l'actualisation des revenus aura un impact important sur la valeur. En bref, quand les taux montent, une obligation à 30 ans baissera plus qu'une obligation à 2 ans. On parle de sensibilité de l'obligation.

Catégorie :
Strategie
Auteur de l'article :
© Copyright 2006 - Wikipédia - sous licence GFDL - www.wikipedia.fr / www.1001Interactive.com
Source :
Date de publication :
16 octobre 2006