Transfert de technologie

Effectuer un transfert de technologie consiste à mettre à la disposition d'un acquéreur un savoir-faire technique détenu par un propriétaire.

Les deux partenaires principaux sont généralement des organismes, sociétés commerciales ou organisations publiques. Mais l'on peut également considérer que ce sont deux domaines d'application distincts; dans ce cas le transfert de technologie s'apparente à la transposition d'un concept, d'une idée, depuis son application typique vers un domaine comportant des similitudes, mais pour lequel cette mise en oeuvre constitue une nouveauté.

Dans tous les cas la technologie constitue une innovation pour l'acqu√©reur, le propri√©taire la ma√ģtrisant d√©j√†. Pour des raisons √©videntes, ce sont les nouvelles technologies qui sont g√©n√©ralement transf√©r√©es.

¬ę La diffusion et le transfert des technologies est un pilier majeur qui soutient la raison d'√™tre du syst√®me des brevets ¬Ľ. Cette citation tir√©e d'un texte de l'OMPI (Organisation Mondiale de la Propri√©t√© Intellectuelle), pr√©cise l'importance que rev√™t le lien entre brevets et transferts de technologie. Les expressions de licence de technologie, de licensing, de contrat de transfert, expriment les diverses formes que peut rev√™tir le transfert de technologie, plus sp√©cialement dans le domaine des affaires, du commerce et de l'industrie marchande.

Si l'on prend en consid√©ration les significations du mot ¬ę technologie ¬Ľ, il est tr√®s simplificateur de ne comprendre par transfert de technologie qu'accord commercial entre le propri√©taire d'un brevet (ou de tout autre source de propri√©t√© de droit commercial) et un acqu√©reur de tout ou partie de ce brevet (ou de droits d'usage).

Le transfert de technologie dans l'industrie

Dans l'industrie, un transfert de technologie consiste à vendre, par contrat, à un acquéreur, les droits d'utilisation d'une technique, d'un procédé, d'un produit (bien marchand) dont on est propriétaire, ainsi que le savoir-faire nécessaire à sa production industrielle.

Le propriétaire de la technologie reste donc propriétaire, et l'acquéreur est contractuellement limité à un marché (limites géographiques, type de clientèle, volumes, par exemple) et soumis à des contraintes de diffusion (l'acquéreur ne peut pas lui même transférer la technologie).

L'acquéreur de la technologie est donc le plus souvent soumis à des contraintes de concurrence. Les produits concernés sont rarement des biens publics purs.

On ne doit pas confondre un transfert de technologie avec une cession de licence (formule en usage, même si la terminologie et le droit varient suivant les nations). Le transfert de technologie comporte un volet important: la communication d'un savoir faire adapté au contexte de l'acquéreur.

Pour illustrer cette remarque, on pourra consulter les Archives de documents de la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations), département des forêts, concernant le transfert de technologie. Il en ressort bien pourquoi les conditions de transfert sont différentes entre pays développés et pays en développement, de celles qui sont effectuées entre entreprises de pays développés. En effet des éléments non techniques sont à transférer avec la technologie (gestion, organisation), sous peine d'échec ou de retard important de mise en exploitation rentable.

Catégorie :
Strategie
Auteur de l'article :
© Copyright 2006 - Wikipédia - sous licence GFDL - www.wikipedia.fr / www.1001Interactive.com
Source :
Date de publication :
3 novembre 2006