Liste des risques en sécurité informatique

Programmes malveillants

Un logiciel malveillant (malware en anglais) est un logiciel développé dans le but de nuire à un système informatique. Voici les principaux types de programmes malveillants :

* Le virus : programme se dupliquant sur d'autres ordinateurs
* Le ver (worm en anglais) : exploite les ressources d'un ordinateur afin d'assurer sa reproduction
* Le wabbit : programme qui se réplique par lui-même (mais qui n'est ni un virus, ni un ver)
* Le cheval de Troie (trojan en anglais) : programme à apparence légitime (voulue) qui exécute des routines nuisibles sans l'autorisation de l'utilisateur
* La porte dérobée (backdoor en anglais) : ouvreur d'un accès frauduleux sur un système informatique, à distance
* Le logiciel espion (spyware en anglais) : collecteur d'informations personnelles sur l'ordinateur d'un utilisateur sans son autorisation, et en envoyant celles-ci Ă  un organisme tiers
* Le keylogger (enregistreur de touches) : programme généralement invisible installé sur le poste d'un utilisateur et chargé d'enregistrer à son insu ses frappes clavier.
* L'exploit : programme permettant d'exploiter une faille de sécurité d'un logiciel
* Le rootkit : ensemble de logiciels permettant généralement d'obtenir les droits d'administrateur sur une machine, d'installer une porte dérobée, de truquer les informations susceptibles de révéler la compromission, et d'effacer les traces laissées par l'opération dans les journaux système.

Techniques d'attaque par messagerie

En dehors des nombreux programmes malveillants qui se propagent par la messagerie électronique, il existe des attaques spécifiques à celle-ci :

* Le pourriel (spam en anglais) : un courrier électronique non sollicité, la plupart du temps de la publicité. Ils encombrent le réseau, et font perdre du temps à leurs destinataires
* L'hameçonnage (phishing en anglais) : un courrier électronique dont l'expéditeur se fait généralement passer pour un organisme financier et demandant au destinataire de fournir des informations confidentielles
* Le canular informatique (hoax en anglais) : un courrier électronique incitant généralement le destinataire à retransmettre le message à ses contacts sous divers prétextes. Ils encombrent le réseau, et font perdre du temps à leurs destinataires. Dans certains cas, ils incitent l'utilisateur à effectuer des manipulations dangereuses sur son poste (suppression d'un fichier prétendument lié à un virus par exemple).

Attaques sur le réseau

* Le sniffing : technique permettant de récupérer toutes les informations transitant sur un réseau (on utilise pour cela un logiciel sniffer).Elle est généralement utilisée pour récupérer les mots de passe des applications qui ne chiffrent pas leurs communications, et pour identifier les machines qui communiquent sur le réseau.
* La mystification (en anglais spoofing) : technique consistant à prendre l'identité d'une autre personne ou d'une autre machine. Elle est généralement utilisée pour récupérer des informations sensibles, que l'on ne pourrait pas avoir autrement.
* Le déni de service (en anglais denial of service) : technique visant à générer des arrêts de service, et ainsi d’empêcher le bon fonctionnement d’un système.

Attaques sur les mots de passe

Les attaques sur les mots de passe peuvent consister à faire de nombreux essais jusqu’à trouver le bon mot de passe. Dans ce cadre, notons les deux méthodes suivantes:

* L'attaque par dictionnaire : le mot testé est pris dans une liste prédéfinie contenant les mots de passe les plus courants et aussi des variantes de ceux-ci (à l’envers, avec un chiffre à la fin, etc.). Ces listes sont généralement dans toutes les langues les plus utilisées, contiennent des mots existants, ou des diminutifs (comme par exemple “powa” pour “power”, ou “G0d” pour “god”).
* L'attaque par force brute : toutes les possibilités sont faites dans l’ordre jusqu’à trouver la bonne solution (par exemple de “aaaaaa” jusqu'à “ZZZZZZ” pour un mot de passe composé strictement de six caractères alphabétiques).

Catégorie :
Strategie
Auteur de l'article :
© Copyright 2006 - Wikipédia - sous licence GFDL - www.wikipedia.fr / www.1001Interactive.com
Source :
Date de publication :
20 octobre 2006