L'apprentissage

Au cours de son √©volution, l'apprentissage est longtemps rest√© cantonn√© √† ce que nous avons appel√© des "espaces traditionnels". Au cours des ann√©es quatre-vingt, les politiques en mati√®re d'emploi et de formation (particuli√®rement √† destination d'un public de primo-demandeurs) conduisent √† un d√©cloisonnement de son utilisation. Cette ouverture √† de nouveaux secteurs d'activit√© et √† des niveaux de formation plus √©lev√©s ont impuls√© un processus de renouvellement, entre une modernit√© qui s'affirme et une tradition qui r√©siste.Le d√©veloppement de l'apprentissage dans l'enseignement sup√©rieur rend compte de ce processus en m√™me temps qu'il l'alimente (en assurant une plus grande "cr√©dibilit√©" √† ce dispositif). C'est sur cet aspect que nous avons centr√© notre propos √† la fin du chapitre deux. Dans un contexte d'emploi domin√© par des difficult√©s d'insertion professionnelle pour les jeunes, l'apprentissage semble constituer une solution √† la recherche de nouveaux modes d'acc√®s √† l'emploi dans un souci d'am√©nagement de la transition professionnelle. Il s'agirait en quelque sorte d'un processus d'insertion organisationnelle au travers duquel se construisent et s'√©valuent les comp√©tences d'un jeune demandeur d'emploi.C'est pr√©cis√©ment ce que nous proposons de traiter dans ce chapitre. Il s'agit effectivement d'apporter une r√©flexion conceptuelle sur les diff√©rentes notions qui participent √† l'approche de notre objet de recherche.Dans un premier d√©veloppement, il s'agit d'interroger le d√©veloppement de l'apprentissage dans le sup√©rieur. Il s'agit de rep√©rer et pr√©ciser en quoi ce mode de formation particulier permet de r√©pondre diff√©remment √† des enjeux d'insertion professionnelle des jeunes "futurs cadres" et comment il permet la construction de comp√©tences "manag√©riales".Cette notion de comp√©tences n√©cessite un effort de clarification que nous op√©rons dans un second d√©veloppement. Il nous importe ici, non pas d'arbitrer entre les diff√©rentes d√©finitions, mais davantage de rendre compte des diff√©rentes approches du concept.Ceci nous conduit, dans un troisi√®me d√©veloppement, √† d√©limiter pr√©cis√©ment notre objet de recherche. En effet, le probl√®me n'est pas tant d'identifier les diff√©rentes comp√©tences fondamentales qui am√®nent les recruteurs √† confirmer le jeune apprenti dans son emploi, mais davantage de comprendre comment se produisent les √©valuations de ces comp√©tences au cours du processus d'insertion organisationnelle (l'apprentissage). I - Vers de nouvelles professionnalit√©s du carde : l'apprentissage Le d√©veloppement de l'apprentissage prend racine dans un contexte domin√© par les difficult√©s persistantes d'insertion professionnelle des jeunes. R√©alit√© tenace depuis une vingtaine d'ann√©es, celles-ci interrogent la capacit√© du syst√®me √©ducatif √† doter les jeunes des comp√©tences que r√©clament les entreprises en m√™me temps qu'elles appellent les entreprises √† intervenir plus fortement dans la formation et la socialisation des jeunes (1.). A ce titre, ces difficult√©s tendent √† accr√©diter l'id√©e d'un ¬ę n√©cessaire rapprochement [de l'√©cole] avec les entreprises ¬Ľ (OCDE, 1993). La r√©habilitation en cours de l'apprentissage et sa diffusion dans les formations du sup√©rieur constitueraient alors l'une des expressions les plus significatives d'un ¬ę travail social d'articulation plus √©troite entre √©ducation et travail ¬Ľ selon l'expression de Doray et Maroy (1995). C'est en ce sens qu'√©mergent de nouveaux mod√®les de formation susceptibles de r√©pondre aux exigences de nouvelles professionnalit√©s des cadres li√©es elles-m√™mes √† l'√©mergence de nouveaux mod√®les productifs (2.). Les enjeux mis ici en perspective sont ainsi de deux ordres : le premier enjeu renvoie √† la recherche de nouvelles zones de r√©gulation entre le syst√®me √©ducatif et le syst√®me productif ; le second √† la recherche de nouveaux mod√®les pour construire des comp√©tences et des identit√©s manag√©riales. L'approche adopt√©e s'inspire de l'analyse soci√©tale (Maurice, Sellier et Sylvestre, 1982), c'est-√†-dire qu'elle est guid√©e par le postulat de la construction des acteurs dans leur rapport √† la soci√©t√© et par la prise en compte des modes d'articulation entre rapport √©ducatif, rapport productif et rapport organisationnel (3.).
Catégorie :
Strategie
Auteur de l'article :
Frederic SAUVAGE
Source :
Date de publication :
27 avril 2005