Krach

Un krach (se prononce crac) est un effondrement brutal des valorisations d'une classe d'actifs, comme par exemple les cours sur un march√© financier √† la suite d'un afflux massif d'ordres de vente. Un krach intervient souvent suite au ¬ę d√©gonflement ¬Ľ d'une bulle sp√©culative, comme cela est survenu en 2000 avec la bulle Internet. Le krach peut dans certains cas √™tre le signe annonceur d'une crise √©conomique plus profonde.

Faisant généralement référence à la Bourse, à l'inverse de crise économique, dont la portée est beaucoup plus large, l'expression krach boursier semble être un pléonasme ; toutefois il est aussi fréquent d'évoquer le terme krach pour désigner une baisse brutale sur d'autres marchés : krach obligataire, krach immobilier, etc. Il ne faut pas confondre krach avec ses homophones crack et krak (ils se prononcent tous les trois de la même façon), ni krach et crash (ils ne se prononcent pas de la même façon et le deuxième s'emploie pour un avion qui s'est écrasé). Cependant, en anglais krach se dit crash ou stock market crash.

Causes économiques : Formation et dégonflement des bulles spéculatives

Le phénomène du krach est brutal et spectaculaire. Les cours des actions ou des marchandises baissent brutalement, le nombre de vendeurs excédant largement le nombre d'acheteurs. Les vendeurs en arrivent à vouloir vendre à n'importe quel prix ce qui précipite la chute des titres.

Cependant, si le krach est brutal, son apparition suit un m√©canisme qui s'installe sur une p√©riode plus longue. Le ph√©nom√®ne d√©bute par une hausse des cours fond√© sur une croissance av√©r√©e de l'√©conomie. Cela attire un grand nombre d'investisseurs, souvent des particuliers, qui souhaitent b√©n√©ficier de cette hausse. L'investissement peut alors se faire en masse sur un grand nombre de valeurs (effet gr√©gaire). L'afflux de capitaux frais entra√ģne une envol√©e boursi√®re. Le ph√©nom√®ne peut alors s'amplifier si les investisseurs s'endettent pour continuer √† profiter de la hausse. Or cette hausse suppl√©mentaire se d√©cale progressivement des r√©sultats r√©els de l'√©conomie : c'est alors une bulle sp√©culative. On arrive alors dans une phase attentiste o√Ļ seuls les investisseurs les plus avertis sortent de cette bulle.
La publication d'une statistique sur la surévaluation du marché donne souvent le signal d'alarme qui conduit au krach : les investisseurs, souvent des petits porteurs, vendent en masse leurs titres.

Causes économiques : L'impact de l'informatique

Aujourd'hui le phénomène est largement amplifié par l'informatique. En effet, si c'est la peur qui conduit les petits porteurs à se débarrasser de leurs titres, ce sont des automates qui gèrent les actions des investisseurs institutionnels.
Pour contrer ce ph√©nom√®ne, les places boursi√®res comme Paris, Londres, Francfort ou Wall Street ont mis en place des garde-fous. Les cl√ītures anticip√©es permettent de fermer les bourses pendant une dur√©e assez longue afin de calmer le ph√©nom√®ne.

Aspect psychologique des krachs

Les krachs, mais aussi les bulles financières, ont aussi pour origine des excès spéculatifs dus à la psychologie des marchés. Ces excès dus en particulier à des mimétismes de comportement des opérateurs sont l'un des thèmes de la Finance comportementale

Catégorie :
Strategie
Auteur de l'article :
© Copyright 2006 - Wikipédia - sous licence GFDL - www.wikipedia.fr / www.1001Interactive.com
Source :
Date de publication :
16 octobre 2006